Archives pour la catégorie En pratique

Dépression saisonnière, changeons de point de vue !

Dès les premières chutes de feuilles, les premiers commentaires négatifs pleuvent, à peu près au même rythme que les gouttes de pluie. J’ai ainsi un souvenir de mon fils, alors âgé de trois ans, reproduisant une phrase glanée au hasard de ses rencontres : «  pfff, fait moche aujourd’hui ». Voilà qui en dit long sur la morosité ambiante !

Alors, oui, l’automne, c’est froid, c’est gris, c’est mouillé.
Mais une Magic Women ne se laisse pas abattre pour si peu !

Tout d’abord, regardons les choses autrement : l’automne est là, ensuite viendra l’hiver et on ne va pas pouvoir les zapper. Ces longs mois-là vont faire partie de notre quotidien, alors au lieu d’en faire des intrus autant les accueillir comme de vieux amis qui reviennent périodiquement.

L’automne et l’hiver font en effet partie d’un cycle, sans eux pas de printemps et d’été. La vie elle-même est scandée par ces mouvement ascendants et descendants. Accepter nos automnes c’est accepter de rentrer dans ce mouvement vital. Et profiter de tout ce que ces périodes peuvent nous apporter.

Nous associons souvent ces mois à la dépression, à des choses dévitalisées et désagréables.
Et pourtant…
Si nous nous promenons en observant attentivement la nature, nous pouvons constater que tout ce qui est nécessaire à l’éclosion du printemps est déjà présent. Bourgeons, châtons, petites pousses abritées dans leur cocon d’écorce. Tout est prêt. L’automne n’est donc pas cette période lugubre mais bien un temps de repos, de retrait pendant lequel la nature se prépare et prend des forces.

Il en va de même pour nous.
Connectés à nos ordinateurs, à nos plannings soutenus, à notre lumière artificielle, nous nous sommes éloignées de nos cycles naturels. Alors que tout, lumière sur le déclin, arbres dénudés, températures polaires, tout nous invite à hiberner.

C’est ainsi que je vous invite à vous écouter, à écouter ce mouvement en vous qui appelle à ralentir, à se reposer. Encore une fois, prenez soin de vous !
N’hésitez pas à réduire vos engagements, restez chez vous,il fait froid dehors, c’est normal de ne pas avoir envie de sortir.
Les nuits sont plus longues, profitez-en, dormez! On néglige trop souvent l’impact du sommeil sur notre fonctionnement physiologique

Depression saisonnière

Si vous vous demandez comment mettre cela en pratique, voici 5 propositions pour une hibernation réussie :

Profitez de votre chez-vous.
C’est le moment d’allumer vos bougies, de faire un feu de bois, de rattraper vos retards en séries criminelles, ou de terminer ce roman commencé en vacances et inachevé pour cause de piscine.
C’est aussi le moment de vous consacrer à des activités d’intérieur : rangez, faites le tri nécessaire, faites le vide.
Repensez la déco, adaptez la à l’hiver : sortez les plaids moelleux, changez vos housses de coussins pour des plus chaleureuses, forcez sur les bougies. Créez ce cocon douillet dont vous avez besoin pour vous ressourcer.

Les journées raccourcissent et le manque de lumière joue un rôle prépondérant.
Il est primordial de prendre l’air et d’avoir des activités à l’extérieur pour profiter de la lumière du jour. Alors on se reconnecte à la nature et à tout ce qu’elle a à nous offrir : partez faire une promenade le weekend, les couleurs sont justes fabuleuses à cette période-ci.
Organisez une chasse aux champignons, mettez des bulbes en terre.

Après l’effervescence de la rentrée, c’est le moment de faire un bilan, où en êtes-vous ? Avez-vous des objectifs cette année?
Offrez-vous le temps de réfléchir à ce que vous avez envie de réaliser et à ce que vous allez mettre en pratique pour y arriver.
Mangez équilibré. On le dit de plus en plus, le ventre est notre deuxième cerveau, c’est là que se constituent toutes les cellules de notre corps, y compris les petits messagers responsables de notre humeur.
Cela vaut vraiment la peine d’aller consulter un nutritionniste et de faire un bilan sur ce dont nous avons besoin spécifiquement.
Et puis, il est temps de programmer au menu ces délicieux plats d’automne : soupe de potiron, poêlée de champignons…

Et enfin, chouchoutez-vous, programmez-vous un massage, une journée de thalasso. Un soin visage.
Donnez à votre corps la permission de se détendre, d’être réconforté ; Ce bien-être physique va automatiquement se répercuter sur votre moral et ces moments de chaleur, de soin vont agir en profondeur sur votre humeur.

Et si nous remettions notre coeur dans notre vie ?

Dans mon billet précédent, je vous ai parlé de notre identité plurielle et du sens que l’on donne aux actes que nous accomplissons.

Un des éléments qui donne du sens à notre vie est d’accomplir des actes en rapport avec nos valeurs. Rien n’est plus agréable que de sentir que ce que l’on fait est aligné sur nos valeurs. Et nous faisons cela souvent sans même nous en rendre compte.

Par exemple, si vous allez vous faire faire masser et qu’il est dans vos valeurs de consacrer beaucoup de temps à votre travail ou à votre famille, vous allez vivre cela comme un moment désagréable, vous aurez le sentiment de perdre votre temps, et de ne pas avoir le droit de faire une pause. Dans un autre cas, si vous avez comme valeur que prendre soin de vous est important, alors ce moment de massage sera vécu comme un moment agréable.

Nous partageons toutes ce besoin d’être alignées, et que nos actes soient en accord avec nos valeurs.
Agir dans ce sens, c’est passer du « je dois …» à « je choisis …»
C’est gagner en énergie et en confort.
Nos valeurs sont le socle qui nous nourrit, le sol dans lequel nous puisons notre puissance.

Source Pinterest (https://www.pinterest.com/pin/420664421416862044/)

Source Pinterest (https://www.pinterest.com/pin/420664421416862044/)

Pour cela, la première étape est de les connaître.

Je vous propose donc ce petit exercice : imaginez que c’est votre anniversaire et que tous ceux que vous aimez sont réunis autour de vous. Certains vont faire un discours. Ce discours retrace vos traits de caractère, vos actes les plus marquants, les plus habituels, des anecdotes touchantes. Qu’aimeriez-vous qu’ils disent ?

De quoi vont-ils parler ?
– De votre sens de l’amitié?
– De votre carrière ?
– De votre dévouement ?
– De votre sens de l’humour ?

Derrières ces critères se cachent vos valeurs .

Si cet exercice vous semble difficile, faites-le à deux (voire en groupe), notez ce que vous aimeriez qu’on dise de vous et lisez-le à l’autre. Les autres auront le recul nécessaire pour décrypter l’essentiel.

Une fois cette prise de conscience effectuée, je vous invite à faire un état des lieux et observer la présence ou non de ses valeurs au sein de notre vie.

Il est souvent nécessaire de réajuster la présence d’activités en relation avec ces valeurs. Ce sera peut-être de prendre un moment pour vous, pour votre famille, ou votre couple, de vous lancer un défi professionnel, ou d’entamer une nouvelle activité…

C’est parfois aussi l’occasion de réaliser à quel point certaines choses qui nous pèsent sont en réalité si cohérentes avec nos valeurs qu’il faut « juste «  chercher une autre façon de les faire.

Cette mise en pratique nécessite à elle seule plusieurs billets, alors en attendant, je vous laisse remettre du coeur dans votre vie et je vous dis à tout bientôt !

Beaucoup de casquettes pour une seule tête !

Pour ce premier billet du blog, j’ai eu envie de commencer par un thème un peu général.

De vous aider à dresser un tableau de votre situation, de votre identité, en vous faisant prendre conscience du fait qu’elle est multiple.

Vous vous êtes sûrement rendue compte du nombre de choses que vous devez gérer, du nombre incroyable de tâches extrêmement variées que vous accomplissez sur une journée. Chacune de ces préoccupations correspond à une part de votre identité.

Femme, mère, fille, compagne, professionnelle autant d’identités qui se juxtaposent dans notre mental, plus ou moins inconsciemment. Elles gagnent nos émotions, se traduisent par des préoccupations et des tâches toujours plus nombreuses.

J’ai envie de vous proposer d’en faire l’inventaire, tentées ?

Alors répondez juste à ces quelques questions:
– vous avez des parents (en vie ou non) ?
- des enfants ?
– un travail ?
– un amoureux ?
– une passion ou un hobby ?

A chaque question à laquelle vous pouvez répondre oui, correspond une identité.

Si vous avez le sentiment que j’en ai oublié une, rajoutez-la, mais soyez vigilante, votre implication dans le groupe de parents d’élèves appartient probablement à votre identité de maman, celle du sport à celle de femme ou d’amoureuse, voire aux deux.

Vous pouvez représenter ces identités sous forme d’une fleur, ou d’un arbre, parfois c’est touffu, ou pas, cela dépend de la situation de chacune d’entre nous.

Arbre

Soyez à l’écoute de vos émotions en regardant vos identités, vous avez l’impression que cela fait beaucoup ? Trop peu ? Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, votre ressenti indique simplement que vous avez envie de changement dans certains aspects de votre vie.

Regardez aussi cet arbre, cette fleur, son axe est son tronc ou sa tige.
Toute cette architecture délicate repose sur eux.

Dans les prochains billets de ce blog, nous réfléchirons entre autre, aux façons de trouver cet axe et de l’entretenir.

Il est important cet axe, c’est notre socle. Il nous nourrit et nous le nourrissons aussi. Il nous permet d’avoir la force et la sérénité nécessaire pour vivre bien, et pour accomplir nos tâches de manière plus sensée, plus enrichissante.

Je vous souhaite une excellente journée riche de sens et d’occupations en tout genre !