Je m’appelle Hope

Je vous écris, au lendemain d’une magnifique soirée passée en compagnie de mes amies entrepreneurs.

Ce ne sont pas seulement des entrepreneurs, ce sont aussi, toutes, des mamans.

C’est ainsi que hier, notre réunion a été merveilleusement scandée de ces moments comme l’annonce d’une grossesse, la visite d’un bébé et le départ impromptu d’une autre devant allaiter.

Les statistiques montrent que les femmes sont de meilleures entrepreneurs que les hommes. Elles calculent mieux leurs risques, et font moins faillite (voir la douce ici : moniteur).

Je ne peux m’empêcher de penser que c’est parce que, pour beaucoup d’entre elles, ce sont des mamans.

La fonction maternelle c’est cette chose magique qui nous relie à la terre. Qui nous rappelle sans cesse ce qui est vraiment important.

Ce ne sont pas juste des chefs d’entreprises, elles font bouillir la marmite en sachant que derrière les enjeux financiers, il y a le bien être d’une famille. La leur. Et celle des autres.

C’est ainsi que certaines vont chausser les pieds de nos enfants mais avec des chaussures ou des chaussons de bonne qualité, et sans produits nocifs. D’autres cousent des accessoires pour les enfants et les mamans parce qu’elles savent que ce que l’on trouve en grande distribution ne nous convient pas toujours et qu’il n’y a pour savoir ce dont une maman a besoin, rien de mieux qu’une autre maman.

D’autres encore proposent de services en communication, photographies, décoration, en développement personnel avec l’intention claire d’améliorer votre vie et de changer le regard que vous portez sur vous -même.

Toutes fournissent des produits de qualités et lorsqu’elles doivent déléguer, elles passent par des ateliers protégés, ou fairtrade. Parce que le respect est une valeur fondamentale pour elles.

Hier soir, je les regardais, si solidaires, si entreprenantes, si généreuses. Fortes. Fragiles.

0% prétention 100% respect.

hope

Chacune à sa façon, comme une petite fourmi à l’ombre de cette immense fourmilière, elles oeuvrent à ce que le monde soit meilleur.

Elles ont compris que ce n’est pas tant les stratégies politiques ou économiques qui changeront quoi que ce soit.

Non, ce qui va faire la différence, c’est nous.

Avec notre volonté de faire autrement, de faire acte de solidarité, d’entraide, de respect.

D’incarner dans notre quotidien le changement que nous voudrions voir dans le monde.

Chaque femme qui se lève et choisit d’entrer dans sa propre puissance donne une permission à une autre femme de le faire.

Chaque femme qui se respecte ouvre la porte à ses enfants pour un monde plus respectueux.

N’ayez pas le sentiment que ce n’est rien au regard de ce qui se passe dans le monde, chaque fois que vous posez un acte de cette qualité-là, de cet amour-là, vous enlevez une part de haine au monde.

Imaginez un monde dans lequel chaque être humain ferait cette part de travail…

Imaginez, et dites-vous bien que ce n’est pas idéaliste, ces femmes dont je vous parle, elles sont comme vous et moi. Elles font cela quotidiennement.

C’est pour cela que quand je les regarde, je retrouve espoir.

Avec elles, je m’appelle «Hope». Nous nous appelons tous « Hope».

Dépression saisonnière, changeons de point de vue !

Dès les premières chutes de feuilles, les premiers commentaires négatifs pleuvent, à peu près au même rythme que les gouttes de pluie. J’ai ainsi un souvenir de mon fils, alors âgé de trois ans, reproduisant une phrase glanée au hasard de ses rencontres : «  pfff, fait moche aujourd’hui ». Voilà qui en dit long sur la morosité ambiante !

Alors, oui, l’automne, c’est froid, c’est gris, c’est mouillé.
Mais une Magic Women ne se laisse pas abattre pour si peu !

Tout d’abord, regardons les choses autrement : l’automne est là, ensuite viendra l’hiver et on ne va pas pouvoir les zapper. Ces longs mois-là vont faire partie de notre quotidien, alors au lieu d’en faire des intrus autant les accueillir comme de vieux amis qui reviennent périodiquement.

L’automne et l’hiver font en effet partie d’un cycle, sans eux pas de printemps et d’été. La vie elle-même est scandée par ces mouvement ascendants et descendants. Accepter nos automnes c’est accepter de rentrer dans ce mouvement vital. Et profiter de tout ce que ces périodes peuvent nous apporter.

Nous associons souvent ces mois à la dépression, à des choses dévitalisées et désagréables.
Et pourtant…
Si nous nous promenons en observant attentivement la nature, nous pouvons constater que tout ce qui est nécessaire à l’éclosion du printemps est déjà présent. Bourgeons, châtons, petites pousses abritées dans leur cocon d’écorce. Tout est prêt. L’automne n’est donc pas cette période lugubre mais bien un temps de repos, de retrait pendant lequel la nature se prépare et prend des forces.

Il en va de même pour nous.
Connectés à nos ordinateurs, à nos plannings soutenus, à notre lumière artificielle, nous nous sommes éloignées de nos cycles naturels. Alors que tout, lumière sur le déclin, arbres dénudés, températures polaires, tout nous invite à hiberner.

C’est ainsi que je vous invite à vous écouter, à écouter ce mouvement en vous qui appelle à ralentir, à se reposer. Encore une fois, prenez soin de vous !
N’hésitez pas à réduire vos engagements, restez chez vous,il fait froid dehors, c’est normal de ne pas avoir envie de sortir.
Les nuits sont plus longues, profitez-en, dormez! On néglige trop souvent l’impact du sommeil sur notre fonctionnement physiologique

Depression saisonnière

Si vous vous demandez comment mettre cela en pratique, voici 5 propositions pour une hibernation réussie :

Profitez de votre chez-vous.
C’est le moment d’allumer vos bougies, de faire un feu de bois, de rattraper vos retards en séries criminelles, ou de terminer ce roman commencé en vacances et inachevé pour cause de piscine.
C’est aussi le moment de vous consacrer à des activités d’intérieur : rangez, faites le tri nécessaire, faites le vide.
Repensez la déco, adaptez la à l’hiver : sortez les plaids moelleux, changez vos housses de coussins pour des plus chaleureuses, forcez sur les bougies. Créez ce cocon douillet dont vous avez besoin pour vous ressourcer.

Les journées raccourcissent et le manque de lumière joue un rôle prépondérant.
Il est primordial de prendre l’air et d’avoir des activités à l’extérieur pour profiter de la lumière du jour. Alors on se reconnecte à la nature et à tout ce qu’elle a à nous offrir : partez faire une promenade le weekend, les couleurs sont justes fabuleuses à cette période-ci.
Organisez une chasse aux champignons, mettez des bulbes en terre.

Après l’effervescence de la rentrée, c’est le moment de faire un bilan, où en êtes-vous ? Avez-vous des objectifs cette année?
Offrez-vous le temps de réfléchir à ce que vous avez envie de réaliser et à ce que vous allez mettre en pratique pour y arriver.
Mangez équilibré. On le dit de plus en plus, le ventre est notre deuxième cerveau, c’est là que se constituent toutes les cellules de notre corps, y compris les petits messagers responsables de notre humeur.
Cela vaut vraiment la peine d’aller consulter un nutritionniste et de faire un bilan sur ce dont nous avons besoin spécifiquement.
Et puis, il est temps de programmer au menu ces délicieux plats d’automne : soupe de potiron, poêlée de champignons…

Et enfin, chouchoutez-vous, programmez-vous un massage, une journée de thalasso. Un soin visage.
Donnez à votre corps la permission de se détendre, d’être réconforté ; Ce bien-être physique va automatiquement se répercuter sur votre moral et ces moments de chaleur, de soin vont agir en profondeur sur votre humeur.

Il est temps de prendre conscience de nos choix

Si on réfléchit bien, une vie de rêve, c’est une vie tout entière dédiée à nos valeurs, à ce qu’on aime.
Imaginez que ce soit possible…
Imaginez qu’il ne faille qu’un bon agenda, et surtout une bonne dose de conscience!
Trop simple ? Pas tant que ça !

Pensez à tous ces actes que vous accomplissez dans une journée, du lever au coucher… même les plus insignifiants, les plus routiniers, presque tous sont connectés à vos valeurs. De nombreuses activités aussi variées que prendre soin de vous, des autres, d’accomplir votre travail du mieux que vous pouvez, d’être en relation avec les autres.

Pour les actes les plus agréables, ça ne pose pas de problème. Le seul conseil que je puisse vous donner est d’en profiter, prenez bien le temps d’en savourer chaque minute, et de sentir à quelle valeur il fait référence.

Et surtout, quoi que vous fassiez, faites-le plus souvent :-)

Pour certaines autres activités, c’est plus compliqué… elles nous paraissent pénibles, répétitives.

Souvent, si elles sont aussi énergivores, c’est parce qu’elles nous tiennent à coeur, et faire une chose qui nous tient à coeur, sans trouver une façon confortable de le faire, c’est épuisant. On ne peut pas lâcher prise, et on ne peut plus continuer ainsi non plus… d’où un inconfort croissant, source d’énormes tensions.

L’étape la plus importante consiste à réaliser à quel point cela nous tient à coeur, réaliser à quel point cet état est choisi.

Ce n’est pas une étape facile de reconnaitre qu’on a en fait choisi un truc aussi désagréable, ça demande de l’humilité, et une bonne dose de courage.

Mais si vous y arrivez, cela vous évitera d’avoir le sentiment de subir une chose contre laquelle vous ne pouvez rien.

Prendre conscience de nos choix, une mise au point nécessaire

Prendre conscience de nos choix, une mise au point nécessaire

Je vais vous donner un exemple personnel, depuis quelque temps, préparer les repas était devenu terrible pour moi, je n’en pouvais réellement plus… toutes les solutions qu’on me proposait représentaient trop d’inconvénient, pas assez équilibrées, pas assez naturelles, pas assez variées… et j’en passe… jusqu’à ce que je réalise, qu’en fait j’aimais cuisiner, et que manger sainement faisait partie de mes valeurs profondes, donc il fallait que je continue mais en trouvant une solution pour alléger la charge de travail que cela représentait.

Les premiers temps, avant même d’avoir des solutions, le simple fait d’être consciente que je faisais quelque chose en lien avec mes valeurs m’a aidée, je me rappelais à quel point je ne faisais pas cela par devoir, mais par choix. Je n’étais plus l’esclave de la situation, mais actrice de quelque chose qui allait évoluer.

Ensuite, quand cette prise de conscience est faite, réfléchissez à ce qui vous pèse dans cette activité, ce qui vous empêche de l’effectuer sereinement.

J’ai une amie qui tenait absolument à être en ordre au niveau administratif, mais elle n’y arrivait jamais et remettait tout au lendemain, jusqu’à ce qu’elle réalise qu’en fait, son bureau était tellement désorganisé qu’elle perdait tout et était découragée avant même d’avoir commencé.

Elle a rangé complètement son bureau, et décidé d’un classement pour ses papiers. Depuis, tout va bien, et est fait en heure et en temps.

Honnêtement, j’espère avoir réussi à vous montrer que lorsque l’on sent à quel point nos actes sont remplis de sens, on voit les choses autrement… bien sûr souvent, il y a une solide quantité de choses, un peu trop, alors c’est le moment de trier, de revenir à vos valeurs principales et d’élaguer tout ce que vous pouvez.

Revenez à l’essentiel !

Et si nous remettions notre coeur dans notre vie ?

Dans mon billet précédent, je vous ai parlé de notre identité plurielle et du sens que l’on donne aux actes que nous accomplissons.

Un des éléments qui donne du sens à notre vie est d’accomplir des actes en rapport avec nos valeurs. Rien n’est plus agréable que de sentir que ce que l’on fait est aligné sur nos valeurs. Et nous faisons cela souvent sans même nous en rendre compte.

Par exemple, si vous allez vous faire faire masser et qu’il est dans vos valeurs de consacrer beaucoup de temps à votre travail ou à votre famille, vous allez vivre cela comme un moment désagréable, vous aurez le sentiment de perdre votre temps, et de ne pas avoir le droit de faire une pause. Dans un autre cas, si vous avez comme valeur que prendre soin de vous est important, alors ce moment de massage sera vécu comme un moment agréable.

Nous partageons toutes ce besoin d’être alignées, et que nos actes soient en accord avec nos valeurs.
Agir dans ce sens, c’est passer du « je dois …» à « je choisis …»
C’est gagner en énergie et en confort.
Nos valeurs sont le socle qui nous nourrit, le sol dans lequel nous puisons notre puissance.

Source Pinterest (https://www.pinterest.com/pin/420664421416862044/)

Source Pinterest (https://www.pinterest.com/pin/420664421416862044/)

Pour cela, la première étape est de les connaître.

Je vous propose donc ce petit exercice : imaginez que c’est votre anniversaire et que tous ceux que vous aimez sont réunis autour de vous. Certains vont faire un discours. Ce discours retrace vos traits de caractère, vos actes les plus marquants, les plus habituels, des anecdotes touchantes. Qu’aimeriez-vous qu’ils disent ?

De quoi vont-ils parler ?
– De votre sens de l’amitié?
– De votre carrière ?
– De votre dévouement ?
– De votre sens de l’humour ?

Derrières ces critères se cachent vos valeurs .

Si cet exercice vous semble difficile, faites-le à deux (voire en groupe), notez ce que vous aimeriez qu’on dise de vous et lisez-le à l’autre. Les autres auront le recul nécessaire pour décrypter l’essentiel.

Une fois cette prise de conscience effectuée, je vous invite à faire un état des lieux et observer la présence ou non de ses valeurs au sein de notre vie.

Il est souvent nécessaire de réajuster la présence d’activités en relation avec ces valeurs. Ce sera peut-être de prendre un moment pour vous, pour votre famille, ou votre couple, de vous lancer un défi professionnel, ou d’entamer une nouvelle activité…

C’est parfois aussi l’occasion de réaliser à quel point certaines choses qui nous pèsent sont en réalité si cohérentes avec nos valeurs qu’il faut « juste «  chercher une autre façon de les faire.

Cette mise en pratique nécessite à elle seule plusieurs billets, alors en attendant, je vous laisse remettre du coeur dans votre vie et je vous dis à tout bientôt !

Beaucoup de casquettes pour une seule tête !

Pour ce premier billet du blog, j’ai eu envie de commencer par un thème un peu général.

De vous aider à dresser un tableau de votre situation, de votre identité, en vous faisant prendre conscience du fait qu’elle est multiple.

Vous vous êtes sûrement rendue compte du nombre de choses que vous devez gérer, du nombre incroyable de tâches extrêmement variées que vous accomplissez sur une journée. Chacune de ces préoccupations correspond à une part de votre identité.

Femme, mère, fille, compagne, professionnelle autant d’identités qui se juxtaposent dans notre mental, plus ou moins inconsciemment. Elles gagnent nos émotions, se traduisent par des préoccupations et des tâches toujours plus nombreuses.

J’ai envie de vous proposer d’en faire l’inventaire, tentées ?

Alors répondez juste à ces quelques questions:
– vous avez des parents (en vie ou non) ?
- des enfants ?
– un travail ?
– un amoureux ?
– une passion ou un hobby ?

A chaque question à laquelle vous pouvez répondre oui, correspond une identité.

Si vous avez le sentiment que j’en ai oublié une, rajoutez-la, mais soyez vigilante, votre implication dans le groupe de parents d’élèves appartient probablement à votre identité de maman, celle du sport à celle de femme ou d’amoureuse, voire aux deux.

Vous pouvez représenter ces identités sous forme d’une fleur, ou d’un arbre, parfois c’est touffu, ou pas, cela dépend de la situation de chacune d’entre nous.

Arbre

Soyez à l’écoute de vos émotions en regardant vos identités, vous avez l’impression que cela fait beaucoup ? Trop peu ? Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, votre ressenti indique simplement que vous avez envie de changement dans certains aspects de votre vie.

Regardez aussi cet arbre, cette fleur, son axe est son tronc ou sa tige.
Toute cette architecture délicate repose sur eux.

Dans les prochains billets de ce blog, nous réfléchirons entre autre, aux façons de trouver cet axe et de l’entretenir.

Il est important cet axe, c’est notre socle. Il nous nourrit et nous le nourrissons aussi. Il nous permet d’avoir la force et la sérénité nécessaire pour vivre bien, et pour accomplir nos tâches de manière plus sensée, plus enrichissante.

Je vous souhaite une excellente journée riche de sens et d’occupations en tout genre !

Pourquoi ce blog ?

Pourquoi ce blog ?

Petites, nous avions toutes des rêves.

Aujourd’hui, le nez rivé sur nos échéances, nos préoccupations professionnelles, familiales, prises dans tant de diktats, d’obligations, nous nous laissons grignoter notre temps, notre énergie.

Et parfois c’est notre identité elle-même qui en souffre.

Laquelle d’entre nous n’a pas parfois l’impression de crouler sous le travail, n’a pas eu envie d’envoyer tout au diable vauvert, le bébé aussi bien que l’eau du bain, et de se retrouver seule et en paix ?

Bien sûr, ce n’est pas une solution !

Mais il n’en demeure pas moins que nous avons besoin de lever les yeux, et de nous rappeler qui nous sommes. De nous souvenir de nos rêves, et de nous rappeler quels sont nos objectifs aujourd’hui.

Magic3

Nous avons besoin de nous reconnecter à nos essentiels. Ce sont eux qui nous guident et qui nous montrent comment mettre un pied devant l’autre car ils nous indiquent la route à suivre, et rester connectées à eux, nous permet de ne pas nous écarter de notre route.

Nous méritons toutes d’atteindre nos buts. Nous méritons toutes de vivre une vie plus épanouissante parce que plus riche de sens. Et parfois, nous avons besoin d’un lieu, et d’un temps pour faire ce travail d’écoute et de centrage sur nous-même.

C’est pour cela que j’ai décidé d’écrire ce blog. Il se veut un lieu de réflexion, de partage, et d’évolution.

Ce blog, je souhaite le construire et le faire évoluer avec vous.
Parce que je n’ai pas toutes les réponses, non, je ne les ai pas. Pas les vôtres en tout cas.
Je suis, juste comme vous, une femme, prise dans toute la complexité actuelle d’être une femme. Je suis une femme en questionnement, en mouvement.

Et s’il n’y avait qu’une réponse à donner pour caractériser ce que je vous propose ce serait : de s’éveiller à ce mouvement vital.